~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ HOME
home
Cala Milló
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Thö-Pa-Ga Cala Milló Circum actuel contacts télécharge
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
références bibliographie historique intérieur spécifications tarifs
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Cala Milló picture  

HISTORIQUE

brigantine CALA MILLOR

* 1946 *


propriétaires:
 
     activitiés:
-   -
1946-1965:
NAVIERA MALLORQUINA,
de Palma de Mallorca, Baléares
la goélette se nomme « CALA MILLÓ » (CALA MILLOR)

 
 
Construit par ASTILLEROS NAVIERA MALLORQUINA, le CALA MILLÓ est le dernier « pailebot » - typique goélette de la côte Est d'Espagne - construit par ce chantier renommé et ses fameux charpentiers marine. La «balancelle», - connue sous ce nom à Marseille - transporte les agrumes et la charge générale entre les Baléares, la côte Est espagnole (Levante) et Marseille.
1965-1973:
HIJOS DE ABEL MATUTES TORRES SA, de Ibiza, Espagne
la goélette se nomme « ANTONIO MATUTES »
 
 
Avec la compagnie MATUTES, les dix derniers « pailebots » transportent principalement des matériaux de constructions pour le développement de l 'île d'Ibiza. Ils sont désarmés au début des années soixante-dix.
1973-1977:
l'armateur Jean Claude Von Rijnenant appelle le voilier « OUTLAW » ("HORS LA LOI")

 
 
Le navire est totalement restauré à Ibiza, Valencia (Espagne) et Marseille. Il est regréé en goélette. La cale est transformée en cabines et un salon de pont avec carré et cuisine remplace la bouche de cale. A partir de cette date , le navire est suivi par la classification Lloyds.
1977-1989:
l'association JUGENDSCHIFF CORSAR
de Cuxhaven, Allemagne
 
 
Battant pavillon maltais, et gréé en brigantine, le voilier entreprend une longue période de voyages et traversées de l'Atlantique, la Mer du Nord, et la Méditerranée pour la réintégration de jeunes allemands (cas sociaux).
1989-1996:
l'association DROGENHILFE BREMEN GmbH
de Bremen, Allemagne
le nomme « JOLA »

 
 
L'association DROGENHILFE BREMEN (= aide aux drogués de Bremen) récupère le bateau en mauvais état. Le salon de pont oxydé est retiré. L'intérieur est nettoyé et une grande cuisine pour collectivité occupe une bonne partie de la cale. La coque est soigneusement restaurée. Mais l'aide financière n'est pas suffisante pour la restauration du gréement. C'est ainsi que le navire restera 7 ans amarré sur le fleuve Weser, en tant qu'auberge flottante pour les drogués de Bremen.
depuis 1996 :
La gestion est confiée à CIRCUM NAVEGACIONES SRL
le nouveau propriétaire le renomme CALA MILLÓ, son nom d'origine.

 
 
Avec l'aide de CIRCUM NAVEGACIONES, le nouveau propriétaire achète le navire tel quel: sans pavillon et sans voir la coque hors de l'eau. Au carénage, la coque se révèle en très bonne état. Les travaux de 1989, le courant froid du fleuve et la marée de la Mer du Nord ont facilité la conservation du bois. Les vieux mâts sont renforcés à Bremerhaven, Allemagne et regréés au Danemark pour entreprendre le convoyage à la voile vers la Méditerranée en vue d'une restauration totale.
1999 :  
Le pont est restauré et recalfaté. Le moteur est changé pour un BAUDOUIN P15 de 450 CV.
2000 :  
La coque est restaurée and les bordées de la ligne de flotaison sont changées.
depuis 2004 :
CALA MILLOR appartient à CIRCUM NAVEGACIONES HISPANIA S.L., basée à Ibiza.

 
 
On restaure finalement le matériel. Avec immatriculation espagnole, voir spécifications, elle prend part à son premier événement : le FESTIVAL de la MER du FORUM de Barcelone, en juin 2004.
    retour à Cala Milló
 
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Circum Navegaciones Hispania ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
  C I R C U M    N A V E G A C I O N E S    H I S P A N I A    S L  
salida   adresse courrier :
calle Aragón, 25, At.7
E - 07800 Ibiza, (Îles
Baleares), Espagne
gestion et vente :
tel: +34 609 85 32 10
direction technique :
tel: +34 609 30 40 20
 contacts et tarifs à :
 
 fax: +34 629 67 06 69
salida
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~